Home

Capoeira en R.D.C
Un Projet Multimédia

Une immersion dans l’univers du capoeira comme un instrument pour la promotion de la paix dans les zones de conflits, comme en Kivu du Nord, dans la République démocratique du Congo.

Ancestralité. Reconnexion. Afrocentricité.

La Capoeira évoque ces concepts. La Capoeira est l’un des éléments anciens de la diaspora noire qui est en train de faire la reconnexion entre le Brésil et l’Afrique.

R.D.C

Le plus vaste pays de l’Afrique sub-saharienne

Le conflit est officiellement fini en 2002, mais ce pays a été dévasté par la Guerre dans la Région de Grands Lacs, dans l’Afrique Central et affronte des énormes défis pour guérir les traumatismes engendrés par les conflits armés qui actuellement se perpétuent.

Six millions des personnes ont perdu la vie. Plus d’un million ont été déplacé.

En dépit d’être l’un des pays les plus riches en minéraux comme diamants, or, cuivre, cobalt et zinc, la R.D.C. figure dans la liste des pays les moins développés. L’héritage des années d’atrocités, l’instabilité et la violence généralisée ont fait que plus de la moitié de la population s soit sous la ligne de la pauvreté.

Chaque cinq minutes, quatre femmes sont victimes de violence sexuelle. Des rapports de Nations Unies indiquent que plus de deux cent mille femmes et jeunes filles congolaises ont été victimes de violence sexuelle. Le conflit a conduit à un exode massif de 1,7 millions de personnes. (OCHA, juin , 2016)

Un grand nombre de familles ont dû fuir leurs maisons en quête de sécurité.

Capoeira

La capoeira est un art martial brésilien caractérisé par des mouvements non violents.

C’est une fusion de sport, d’acrobatie, de musique et de culture populaire.
Ses origines sont à trouver chez les descendants des esclaves africains au Brésil.. Il est considéré par L’UNESCO comme patrimoine culturel immatériel de l’humanité.
L’utilisation du Capoeira dans la RDC est devenu un puissant outil pour aider à la démobilisation des enfants et d’adolescents, victimes de violence, des groupes armés du pays.

Les anciens enfants soldats des groupes rebelles et les filles victimes de violence et de recrutement forcé apprennent à pratiquer cet art martial brésilien.

Ils apprennent à jouer des instruments musicaux et à chanter.

Photo : ONU, Abel Kavanagh, Jan 2016. MONUSCO, Province de Katanga.

L’initiative est dirigée par le gouvernement du Brésil et du Canada, ainsi que l’UNICEF et l’AMADE-Mondiale. Elle cherche à améliorer la confiance en soi et l’estime de soi chez les enfants et leurs familles. L’objectif est de réduire les inégalités et a aidé guérir les traumatismes. Dans un pays dévasté par la guerre, causée par des problèmes ethniques et aussi par des intérêts commerciaux, il est crucial de reconstruire les liens communautaires et restaurer une culture de paix.
Photo de Stefano Toscano. ONU. Maestro Saudade.

Deux fois par semaine, des filles à l’hôpital Heal Africa, dans le centre de Gomma, apprennent Capoeira. Aussi, des enfants du Centre de Transit et d’Orientation (CTO) (C.A.J.E.D.) pratiquent cet art martial. Le CTO c’est un espace qui aide à la réintégration social des garçons et de filles, qui ont été victimes de la violence et qui ont récemment été démobilisé des groupes armés.

L’hôpital Heal Africa et le CTO C.A.J.E.D., sont partenaires de l’UNICEF.

La practique du capoeira permet d’augmenter la confiance en soi, le renforcement émotionnel, la construction des liens communautaires, de surmonter les différences des genres, de réduire les inégalités et de guérir les traumatismes.

L’impact social

“Le Capoeira m’a aidé pour que je puisse me lever à nouveau et est important pour les filles qui passent par des difficultés, comme je les ai vécues, pour qu’elles sachent que tout espoir n’est pas perdu” , a dit Nadia, un adolescent de 17 ans.

C’est un témoignage donné par la jeune et publié en Ponabana, un blog de jeunes écrivains congolais.

Nadia est tombé enceinte après avoir été violée dans un quartier de Goma. Elle a trouvé dans le Capoeira un espace sûr pour libérer son esprit et gagner de la force psychologique. Des histoires comme celle de Nadia se multiplient entre les filles et garçons bénéficiés par le Capoeira.

Multimédia

Une immersion dans l’univers du Capoeira brésilien dans la RDC.

Le projet multimédia vise à rassembler des histoires, des fragments audiovisuels et une galerie de photos du Congo.

Notre idée sera de raconter les expériences du voyage au Nord-Kivu, entrevoyant les gens que nous rencontrons dans la route, et après on va raconter les histoires de jeunes étudiants qu’on ira retrouvant dans le terrain. Nous chercherons également l’appuie des experts sur les droits de l’homme et de l’histoire des Noirs et on fera des entretiens avec eux pour avoir sa vision du projet.

Nous voulons raconter l’histoire de beaucoup de gens qui se bénéficient du Capoeira, et qui ont eu leur vie transformée grâce à cet art martial brésilien.

Nous voudrons avoir tout cela sur un site Web avec un design dynamique texte mix, des images et des vidéos.

FABÍOLA ORTIZ
fabiola.ortizsantos@gmail.com
+1 (301) 919 1594 (WhatsApp)
+45 52 824 116 (mobile Denmark)
skype: fabiola_ortiz
Linkedin

 

FLAVIO FORNER
forner@gmail.com
+55 (11) 959 990 499 (WhatsApp)
skype: flavio_forner
Instagram
Linkedin

 

THALES CAMARGO
Social Media Assistant
Linkedin

 

MAURICIO LIZAMA
Social Media Assistant
Linkedin

 

Le produit final

Développement d’une plate-forme multimédia en ligne

Des courtes vidéos avec des témoignages

Galerie de photos

Un récit avec les entretiens exclusifs des enfants et des adolescents qui pratiquent le Capoeira et leurs familles

Aidez-nous à avancer ce débat

Ce que nous pensons

Le journalisme en profondeur est crucial pour garantir les droits de l’homme, civils et politiques. C’est un outil important pour assurer l’accès à l’information d’intérêt public et c’est un élément de transformation de la réalité.

Forner et Ortiz croient dans le rôle du journalisme indépendant pour promouvoir le débat public, transformer la réalité et soutenir l’agenda 2030 des Objectifs de Développement Durable des Nations Unies.

On voit qu’il y a un besoin que le journalisme a une approche plus innovante et créative lors de la déclaration sur les questions traumatiques et des conflits, mais aussi d’inclure des concepts de résistance, de patrimoine culturel et ancestral dans une perspective historique, la notion de l’individus comme sujets qui agissent de leur propre image culturelle selon ses propres intérêts humains.

Une information responsable à l’important rôle de dissoudre les tensions, réduire les conflits et contribuer au processus de guérison du traumatisme.

Le journalisme indépendant peut agir comme un élément unificateur dans une société polarisée et joue un rôle clé dans la prévention, la gestion et la résolution des conflits. En plus d’avoir un rôle fondamental à donner une visibilité à des actions positives et les initiatives qui sont déjà en cours dans les communautés qui méritent d’être dit.

“En tant que journaliste et historien, j’ai beaucoup d’intérêt d’en savoir comment la capoeira, un art martial d’origine afro-brésilienne, a été de plus en plus utilisé comme un élément important de reconnexion entre le Brésil et l’Afrique. Enregistrer la Capoeira au Congo représente une manière de sauver l’ancestralité développée dans un moment de résistance de la diaspora africaine et qui est en train de l’appliquée, actuellement, dans l’éducation et l’intégration des ancien enfants soldats pour qu’ils puissent surmonter leurs traumatismes de la guerre.”
Fabíola Ortiz / Journaliste indépendant et historien

“A travers mes photos, je voudrais enregistrer l’expression humaine des enfants qui pratiquent la capoeira en République démocratique du Congo. Je pense qu’il est important de documenter comment cette culture ancienne des Noirs réduits en esclavage aide les enfants et les filles congolaises grâce a cette programme de « Capoeira pour la paix » qui a lieu à Goma.”
Flavio Forner / Photojournaliste indépendant

Faire un don à notre campagne de financement participatif

Si vous êtes intéressé par notre projet et estimez qu’il faut soutenir le journalisme indépendant et de profondeur, vous pouvez faire une donation et nous aider à faire réalité ce projet! =)

Pour en savoir plus sur notre projet, sur la façon de faire un don ou pour signaler une erreur, s’il vous plaît remplissez le formulaire ci-dessous ou envoyez-nous un courriel à: capoeirapaix@gmail.com

Nous répondrons dès que possible.

Appui institutionnel

 

Partiellement financé par

Partenariat

Amis du Projet

The photos used in this website are authored by Stefano Toscano/UNICEF and MONUSCO.